• Cernunnos, roi des forêts

    Mes chers/chères ami(e)s, aujourd'hui, je vais vous parler de l'un de mes dieux tutélaires, dont on fête d'ailleurs le retour le 4 avril : Cernunnos ! 

    Cernunnos, roi des forêts

    Photo d'un modèle déguisé en Cernunnos (disponible sur DeviantArt), témoignant de la fascination voir de la vénération que suscite encore aujourd'hui cet ancien dieu celtique

     

    Cernunnos, dans les croyances ancestrales celtes, est renommé comme étant le dieu de la nature, des animaux - sauvages et domestiques -, de la forêt ainsi-que de la prospérité, de la virilité et de l'amour. Il est considéré comme le maître de la vie et de la mort. Il est aussi connu comme le "dieu cornu". Cernunnos est en effet reconnaissable notamment aux bois de cerf qui poussent sur sa tête, d'où son surnom de dieu-cerf. Ainsi, de nombreux linguiste concluent que son nom viendrait de la racine indo-européenne "Kor" ou "Kar", qui renvoie à la protubérance, à l'instar des mots "cor" ou "corne" en Français ou encore "cervus", qui signifie "cerf" en Latin, sûrement en référence aux bois que celui-ci porte sur sa tête. Ainsi, on peut en déduire que le nom de Cernunnos signifie "Le Cornu". Parfois, il est représenté non seulement avec les bois, mais aussi les oreilles et les jambes du cerf.

    Cernunnos, roi des forêts

    C'est sur le fameux Chaudron de Gundestrup (retrouvé au Danemark) que figure l'une des plus célèbres représentation antique du dieu Cernunnos

     

    Cernunnos, comme sur le Chaudron de Gundestrup, est souvent représenté assis en tailleur, une position dans laquelle sont souvent figurés les héros et les divinités dans la statuaire gauloise. Il est souvent entouré de divers animaux, ce qui rappelle son lien avec le monde animal et la nature dans son ensemble, dont il incarne les cycles et régit la fécondité. Dans de nombreuses représentations, il est représenté avec un torque (le bijoux traditionnel des Gaulois) qu'il porte tantôt autour du coup, tantôt accroché à ses bois, ou qu'il tient dans l'une de ses mains. Le torque peut aussi être vu comme un symbole de richesse et de prospérité, au même titre que le sac rempli de nourriture ou de pièces d'or qu'il tient sur les genoux et dont il déverse généreusement le continu.

    Cernunnos, roi des forêts

    Représentation sur une plaque en bois de Cernunnos, déversant un sac rempli d'or et surmonté d'un pentacle, symbole cosmique de l'être humain

     

    Cernunnos est souvent représenté avec un serpent enroulé autour de son bras quand le dieu cornu ne le porte pas dans son autre main. Le serpent est associé dans la spiritualité celtique à la sagesse, à la connaissance et à la guérison. De plus, selon certaines légendes, le cerf mange le serpent afin de rajeunir. Dans certaines version du mythe, le serpent qui accompagne Cernunnos a une tête de bélier, animal très populaire chez les peuples Celtes d'Europe. Les bêtes à corne, comme le bélier, le taureau ou le cerf, sont associés dans le Paganisme celtique à la fécondité, qu'il s'agisse du taureau associé au féminin féminin sacré et à la lune ou du bélier emblématique du masculin divin et du soleil. Ainsi en va-t'il de Cernunnos, dieu-cerf lié à la sexualité et à la fécondité, considéré comme un principe moteur du cycle de la vie. Il est donc souvent au dieu cornu Pan - mi-homme mi-bouc - des spiritualités gréco-romaines, dont on fête également retour en cet période printanière.

    Cernunnos, roi des forêts

    Représentation du couple divin composé du Dieu Cornu "solaire" (Cernunnos) et de la Grande-Déesse "lunaire" (Cerridwen), d'après l'artiste Jessica Galbreth

     

    Les chrétiens, voulant éradiquer le Paganisme et n'acceptant pas la popularité des dieux cornus tel-que Pan ou Cernunnos, les associa au Diable. Mais paradoxalement, le cerf est également le symbole de la résurrection du Christ. Quoi qu'il en soit, ces deux dieux ne sont guère symboliques, et sont garants du cycle de la vie, de la fécondité et de la mort. Ainsi, Cernunnos a été à la fois associé à la forêt, aux animaux et à la chasse, notamment à travers des avatars tel-que Herne Le Chasseur en Grande-Bretagne ou l'Homme Vert souvent repris dans les croyances néo-païennes, et notamment la Wicca. Les divinités chasseresses sont souvent associées à la nature et aux animaux en même temps, qu'elle que Artémis ou Dyane chez les Grecs et les Romains. Cela symbolise sûrement cet équilibre ancestral entre les animaux et les hommes, les chasseurs et les proies, faisant tout deux partie du cycle de la vie, de la mort et de la nature. Vu sous cet angle, Cernunnos est donc le dieu qui fait vivre, se reproduire et mourir les animaux. Parfois, on dit que c'est Cernunnos qui mène la fameuse "Chasse Sauvage" menée dans le ciel.

    Cernunnos, roi des forêts

    Cernunnos représenté entouré de divers animaux et armé d'un arc

     

    Cernunnos peut aussi être considéré comme un archétype issu du chamanisme ancestral. En effet, le mot "chaman" signifie en Tungouse (un peuple de Sibérie, d'où est d'ailleurs originaire le Chamanisme) "qui bouge comme un animal". À l'origine, le chaman est l'homme chargé de séduire la femelle dominante d'un troupeau de renne sauvages dans le but de se marier avec elle. Ce mariage devait permettre une union des deux familles, celle du chaman, ou les "humains" et celle des rennes, ou plus généralement des "animaux". Les chasseurs du clan des humains étaient alors autorisé à tuer les rennes de la famille "animale" afin de pourvoir à leurs multiples besoins. Le chaman permettait donc la chasse, ou ici la mort donnée pour la vie, qui n'était alors qu'un passage au sein du cycle de la vie. Cependant, quand le pastoralisme s'est imposé aux peuples chasseurs-cueilleurs de Sibérie, le chaman s'est trouvé une autre raison d'être : celle de soigner les troupeaux de rennes n'étant pas habitués à ce nouveau mode de vie, ainsi-que les humains. Le chaman devint donc guérisseur, tant du corps que de l'âme. Il est alors devenu le guide d'un monde à l'autre: de la vie à la mort... Du monde des vivants à celui des esprits, et inversement... Le passage d'un monde à l'autre, une fois de plus... Or, n'oublions que les peuples indo-européens, dont les Aryens (les ancêtres communs des Celtes, des Grecs et des Indiens, donc rien à voir avec cette peste brune d'Adolf) étaient originaire de la Russie actuelle, voir même de Sibérie (serait-ce la fameuse Hyperborée des mythes Grecs et Celtes?), et qu'ainsi, ces croyances chamaniques ont pu se répandre en Europe. Qui sait, Cernunnos est peut-être à l'origine l'un de ces chamans, l'un de ces guides des peuples indo-européens?*

    Cernunnos, roi des forêts

    Chaman de Sibérie d'après une gravure ancienne

     

    Cernunnos est aujourd'hui un dieu très populaire au sein du Paganisme résurgent, et plus particulièrement du Druidisme mais aussi de la Wicca, où il est vénérait comme étant le "dieu cornu", associé à la "grande-déesse", symbolisée quant à elle par le croissant de lune. Ainsi, les Wiccans se révèrent à un couple Dieu Cornu/Grande-Déesse, souvent Cernunnos/Cerridwen, mais aussi dans certains cas Pan/Diane, ou encore Osiris et Isis, Odin et Frigg, et ainsi de suite...

    Cernunnos, roi des forêts

    Cénarius, demi-dieu elfe de la nuit de l'univers du jeu vidéo Warcraft III, à coup sûr inspiré du dieu celtique Cernunnos. Les concepteurs de Warcraft seraient-ils Wiccans?

     

     Pour clore en beauté, un magnifique morceau du groupe de "Pagan/Folk néoceltique" Omnia, lui aussi dédié au fameux dieu-cerf. ^^

     

    Joyeux printemps et bon week-end de Pâques à tous et à toutes.

    Amicalement, Myrdhin ! happy

     

    * Un grand merci à Anouk Petrov pour m'avoir suggéré cette théorie ô combien passionnante et réfléchie ! happy


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Avril 2015 à 15:41

    Très intéressant comme article :)

    J'aime beaucoup les dieux-chamans comme Cernunnos, proches de la nature et de la vie. Après, je ne sais pas s'il était censé être quelqu'un de bien (Diane dans la mythologie gréco-romaine ne valait pas tellement mieux que les autres), mais sur le principe ça me plaît.

    Le morceau de Omnia est sympa aussi.

    2
    Dimanche 5 Avril 2015 à 21:30

    Merci Karidyae pour cet réaction à cet article ! :)

    Oui, je comprends bien. J'ai moi-même une certaine fascination envers ce dieu-chaman, au point de lui donner une place de choix au sein de mon panthéon "personnel". Quant à savoir s'il est censé être quelque-un de bien ou non, c'est une grande question. En effet, il est difficile de dire pour ces divinités païennes qu'un tel est bon et qu'un tel autre est mauvais. C'est rarement manichéen. Cernunnos a ses parts d'ombres, au même titre que Loki peut se montrer bienveillant. Cernunnos peut aussi être considérer comme une sorte de "Trickster". Le "trickster" est un personnage récurrent dans les différentes mythologies amérindiennes (entre autre), et ont pour particularité d'être des esprits malins, tantôt bienveillants et tantôt fourbes, voir malveillants. Qui sait, Cernunnos, Pan et Loki pourraient être des divinités de cet acabit? ;)

    Quant à Diane, certes elle n'était pas tellement mieux que les autres, mais ni tellement pire. Les déités païennes sont très proches des humains d'une certaine façon, avec leurs hauts et leurs bas. C'est en partie ce qui fait leur charme d'ailleurs, et qui fait que personnellement on s'y identifie plus facilement qu'au dieu omnipotent et transcendant des religions dites "révélées". ^^

    En tout cas, content que le principe t'ai plut, ainsi que l'article en lui-même et le morceau d'Omnia, que j'écoute un peu beaucoup en ce moment.

    3
    Lundi 6 Avril 2015 à 16:31

    Enfin ce serait quand même un peu inquiétant que des dieux, qui sont dans une certaine mesure tout-puissants, se comporte comme des humains capricieux x)

    D'ailleurs ils peuvent être humains sans être stupides ; avoir des faiblesses ne signifie pas forcément être stupide.

    En tout les cas, c'est sûr que c'est beaucoup plus intéressant qu'un Dieu "parfait" (même si à mon avis ce n'est pas au sens de perfection qu'il est appelé ainsi à l'origine).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :