• Romuva: késako?

    Mes chers ami(e)s, j'écris ces lignes afin d'écrire un peu sur un sujet que je découvre en ce moment mais sur lequel hélas les sources francophones sont infimes sur la toile. Il s'agit de la Romuva, ou du Néopaganisme balte.

    Romuva: késako?

    Adepte de la Romuva portant un costume traditionnel lituanien

     

    En effet, comme je compte peut-être partir durant mes études à l'étranger, et plus précisément en Estonie (l'un des trois pays baltes avec la Lettonie et la Lituanie), en partir parce-que c'est un pays d'Europe de l'Est pas trop cher, surtout par rapport à des pays tel-que la Norvège ou la Finlande. D'ailleurs, l'Estonie et la Finlande ont de nombreuses affinités entre elles, tant au niveau linguistique que culturel, historique ou mythologique. En effet, les Paganismes Finnois et Estoniens sont plutôt proches l'un de l'autre. Cependant, je connais beaucoup mieux le premier que le second, et j'ai donc voulu me renseigner un peu. 

    Et puis il y a une autre information qui est arrivée jusqu'à moi et qui a frappé mon esprit: j'ai appris que la Lituanie était le dernier royaume païen d'Europe, jusqu'en 1387, où il a été annexé par la Pologne, qui été alors catholique. Cependant, le Paganisme primordial lituanien a survécu au moins jusqu'au XVème et XVIème siècles. Cette conversion tardive au Christianisme de ces pays baltes a donc permis dans ces pays baltes le développement d'un Néopaganisme plutôt populaire là-bas, soutenu (à tord ou à raison) par un certains sentiment anti-chrétien. Cela dit, cet éventuel anti-christianisme peut en grande partie s'expliquer par la violence des méthodes de conversion qu'ont employé le Saint Empire Romain germanique ou le Royaume de Pologne, (comme toujours, mais là en particulier), en menant notamment des Croisades contre les Baltes, qu'ils surnommaient parfois les "Sarrasins du Nord" (c'est pour tout dire oO). C'est notamment là qu'ont sévi les fameux chevaliers teutoniques.

    Romuva: késako?

    Couverture de l'album "Semigalls' Warchant" du groupe de Blackened Folk Metal letton Skyforger, qui met bien en évidence la résistance des dernières tribus païens libres des Pays Baltes face aux croisades chrétiennes 

     

    Décidément, le Romantisme du XIXème siècle aura permit la résurrection de biens des anciennes religions polythéistes indo-européennes (Druidisme, Odinisme, Rodnovery...), d'autant plus que c'est sous l'impulsion de romantiques lituaniens qu'est apparu la Romuva, autrement dit le Néo-paganisme balte, suivi par nombres de Lituaniens qui voulaient suivre leurs racines pré-chrétiennes. "Romuva" est un terme qui vient de sources écrite médiévales prussiennes, qui mentionne un temple païen du nom de Romowe. Ce mot peut également être rattaché à la racine balte "ram" qui signifie "calme", "serein" ou "tranquille". Ces premiers "romuvistes" essayaient de faire renaître la foi ancestrale de leur peuple par l'intermédiaire du folkore, des coutumes, des chants, des dances, de la musiques et des fêtes, où moult traditions païennes ancestrales avaient survécu, mélangées avec des éléments chrétiens. Par exemple, il y a la fête de Vélines, le jour des âmes des morts, qui est une sorte d'équivalent balte de l'Halloween celtique (voir le précédent article dédié à Samhain).

    Romuva: késako?

    Une des fêtes de la Romuva lituanienne

     

     Malheureusement pour elle, après les persécutions chrétiennes du milieu et de la fin du Moyen-Age, les païens baltes ont eu à subit la répression sévère de pouvoir soviétique durant une grande partie du XXème siècle, qui jugeait que la Romuva était une menace pour leur pouvoir, notamment de part son caractère nationaliste (attention, il ne faut pas confondre le nationalisme avec le nazisme ou fascisme, ce sont deux choses qui peuvent avoir des connections entre elles, mais qui sont distinctes). Ainsi, certains grands noms de ce renouveau païen furent envoyés aux Goulag de Sibérie, dont Jonas Trinkunas (l'un des plus grands chefs spirituels de la Romuva, né en 1939). Un groupe clandestin de la Romuva est connu pour avoir continué à exister dans le camp de travaux forcés d'Inta.

    Quand ce groupe néopaïen fut libéré, dans les années 1960, et l'une des figures principales de la Romuva, l'universitaire Jonas Trinkunas (né en 1939 et mort en 2014) fonda la Vilnius Ethnological Ramuva et commença à organiser des fêtes païennes traditionnelles lituaniennes à partir de 1967, tel-que Rasos (ou cérémonie lituanienne ancestrale du solstice d'été). Cependant, le régime soviétique condamnait toujours avec fermeté la Romuva. En effet, en 1971, les Soviétiques expulsèrent les membres de la Vilnius Ethnological Ramuva de l'université de Vilnius et envoyèrent en exil les dirigeants du mouvement.

    Romuva: késako?

    Célébration de la fameuse cérémonie de Rasos en 1967, avec son instigateur Jonas Trinkunas au premier plan

     

    Par conséquent, la Romuva étant persécuté par la dictature soviétique durant la Guerre Froide, la plus grande partie de ses activités durant cette période (pour rappel, de 1945 jusqu'à 1991) se fit en Amérique du Nord. Ceci dit, en 1988, avec la déliquescence du régime soviétique et la renaissance de l'espoir de l'indépendance lituanienne, les groupes de la Romuva se réorganisèrent et pratiquèrent à nouveau leur religion à découvert.

    Suite à l'indépendance de la Lituanie en 1990, la Romuva fut enregistrée en tant que Communauté de foi antique balte. Cependant, en vertu de la Loi sur les communautés et associations religieuses adoptée en Lituanie à partir de 1995, la Romuva est reconnue en tant que "foi non-traditionnelle", le minimum d'années d'existence requis pour être reconnu tel-que étant de 25 ans. Ce n'est qu'après ces 25 années d'existence qu'une religion peut-être considéré comme "traditionnelle" et jouir du soutient que l'Etat réserve aux religions dites traditionnelles. On peut très bien imaginé à quel point les adeptes de la Romuva sont déçu et mécontents, étant donné que la conception de leur foi est antérieure à l'implantation du Christianisme en Lituanie, et que leur mouvement existe depuis au moins la seconde moitié du XXème siècle, voir plus si l'on remonte aux romantiques du XIXème siècle qui ont redonné vie à cette foi antique.

    Romuva: késako?

     

     

    Maintenant que j'ai pas mal parlé de l'histoire de la Romuva, je peux clore cette article, et vous promettre prochainement (cela dépendra de ma motivation) un prochaine article plus sur les croyances en elles-mêmes. En attendant, bonnes vacances de Noël à vous tous et toutes chers amis et chères amies, et à très bientôt j'espère pour de nouvelles aventures. ^^

    Allez hop, rien de tel-qu'un peu de Pagan/Folk Metal letton afin de se redonner de l'entrain pour les fêtes hivernales ! Oh year! 

    cool

     

     

    Concernant mes sources, je me suis servi entre autre du blog "Une Île Bienheureuse" (cependant, faite gaffe, parce-que il y a peut-être quelques idées prônées sur ce blog qui sentent un peu beaucoup de souffre comme dirait l'autre. Donc, ne prenez pas forcément tout pour argent comptant) ainsi-que quelques sites étrangers, en Anglais ou en Lituanien (langue que je connais peu... voir pas du tout! beurk). En faisant des recherches sur la Romuva ou sur Jonas Trinkunas, vous les trouverez certainement. Bonnes lectures, et à la prochaine les ami(e)s! 

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Décembre 2014 à 11:58

    Bonjour, je suis très contente de tomber par hasard sur ce blog, et surprise que tu connaisses le Romuva (oui moi je dis le!). Il me semble que nous avons beaucoup en commun, alors je continue ma lecture, à plus tard et bon week-end.

    2
    Jeudi 4 Mai à 17:15

    www.pierre-albuisson.com

    Je suis heureux d'avoir lu votre texte .j'étudie le paganisme balte depuis un moment ,surtout les chants traditionnels Dainas et l'instrument Kokle.Vous pouvez me contacter par mail si vous le souhaitez..

    Pierre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :